Le C2i va devenir le PIX

Le C2i - 1 à l'Université de La Réunion

Pour rappel, la certification s'obtient actuellement par la validation de cinq domaines non compensables entre eux, mais capitalisables, c'est à dire valables sur une période supérieure à l'année universitaire.
Ils exigent l’obtention de la « partie pratique », lors des temps de formation, et de la partie « théorique », par un examen sur une banque nationale de questions.

Hormis les STAPS et l'IUT, la préparation au C2i-1 est généralisée et même quelque fois obligatoire.

En 2015-2016, pour notre université, nous avons compté :

  • pas moins de 1628 étudiants candidats avec 47 % de réussite totale (obtention des 5 domaines),
  • 41 personnels soit 100 % des inscrits ! (149 reçus depuis 2011),
  • 157 « extérieurs » payants, BTS, DCG, Écoles Régionales, au taux de réussite de 93 %  dont on peut facilement deviner la motivation.
Le PIX

PIX est un projet public de plateforme en ligne d’évaluation et de certification des compétences numériques.

Le service sera accessible gratuitement et ouvert à tous les francophones.

Il permettra de mesurer et développer ses compétences numériques

Évolution

Le C2i va devenir le PIX.

Il y aura toujours cinq domaines qui seront totalement remaniés, chacun attesté par 8 niveaux, de débutant à expert.

Le tout conduira aussi à une note globale, à l’image des certifications de langues, avec un maximum de 1024 PIX.

En discussion, mais non encore acté, l'octroi d’une équivalence du c2i-1 avec le niveau 4 voir 5 des nouveaux domaines est envisagée.

La transformation a pris du retard mais devrait être opérationnelle à la rentrée 2018.

Notre université participe à la rédaction des questionnements et aux tests de la plateforme nationale.

Il devrait y avoir une plateforme de positionnement obligatoire, accessible librement en Formation Tout au Long de la Vie (FTLV), qui définira un profil crête du candidat avant son passage sur des tests nationaux adaptatifs au regard de son niveau.

La scénarisation des tests garantit les aspects théoriques et pratiques.

Pour en assurer la validité, les universités devraient être maîtresse de ces passages, du moins au début, avec contrôle des identités,... Ensuite ce devrait-être “comme les tests du permis de conduire”...

Une plateforme nationale du dispositif (totalement gérée par le ministère) sera alors ouverte à tous en FTLV, avec ou sans paiement (ce n’est pas encore totalement arrêté notamment pour les entreprises), où chaque candidat pourra ensuite éditer son profil et le joindre à son CV.